Étude | Baromètre RSE 2021

Mazars publie son 11ème baromètre des pratiques et tendances en matière de reporting extra-financier en France. Pour mener à bien cette étude, les documents de référence de 70 sociétés du CAC 40, du Next 25 et du Last 15 du SBF 120 ont été analysés et comparés.

Quelles sont les dernières tendances RSE en France ? 

La crise sanitaire a redéfini les priorités des entreprises en matière de RSE pour l’année 2020 et, ce faisant, semble dessiner une certaine stabilité des publications. Pourtant, derrière ce calme apparent, certaines tendances de fond se poursuivent 

  • 75

    %

    des entreprises du panel mentionnent s’inscrire dans une trajectoire 2 degrés en lien avec les Accords de Paris, contre 51% en 2019.
  • 47

    %

    des entreprises cette année se fixent un objectif de neutralité carbone contre 38% en 2019
  • 30

    %

    des entreprises du panel mentionnent la Taxonomie et 14% ont débuté un premier travail d’analyse

 

 

La DPEF, un exercice bien maîtrisé

Depuis  trois ans, les entreprises sont amenées à publier annuellement une DPEF (Déclaration de Performance Extra-Financière), articulée autour  de quatre piliers, à savoir le modèle d’affaires, les principaux risques extra-financiers, les politiques mises en place pour  prévenir, atténuer  et limiter  la survenance de ces risques et les résultats dont les indicateurs clés de performance ou Key Performance Indicators (KPI).

Par cette approche, la Directive a permis de renouveler la pratique du reporting extra-financier par rapport aux obligations Grenelle II. Les entreprises se sont plutôt bien appropriées ce nouveau cadre en structurant leur reporting autour des principaux risques et enjeux propres à leur  business model, en identifiant des indicateurs clé de performance spécifiques à leur activité et en définissant des objectifs à plus ou moins long terme.

Ce troisième exercice de Déclaration de la Performance Extra-Financière (DPEF) est synonyme de continuité et de consolidation des publications des années précédentes. Les entreprises ont davantage capitalisé sur les exercices antérieurs et n’ont pas ou peu fait évoluer  la structure de leur  DPEF. Cette stabilité peut s’expliquer  d’une part, par  l’impact de la crise sanitaire qui a redéfini les priorités des entreprises pour  l’année 2020, et d’autre part, par l’absence d’évolution réglementaire majeure en France en 2020. Les changements sont à chercher au niveau de la scène européenne, où la publication de  textes structurants et complexes est en  train de changer durablement la place de l’information extra-financière

Des évolutions réglementaires à venir et un focus sur le climat et la biodiversité

L’IFBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique, l’équivalent du GIEC pour  la biodiversité) révèle dans un rapport que plus de 40 % des espèces d’amphibiens, près de 33 % des récifs coraliens et plus d’un  tiers des mammifères marins sont menacés. En un siècle, l’érosion de la biodiversité a été sans précédent dans l’histoire humaine. Et un des facteurs de cette diminution de la biodiversité est le changement climatique, dont l’impact est par ailleurs grandissant sur  les écosystèmes, toujours selon l’IFBES. Aussi,  comment les entreprises peuvent-elles prendre en compte la biodiversité dans leur stratégie ? Quel lien avec les stratégies climat notamment ?

Enfin, cette 11ème édition du Baromètre RSE permet également de faire le point sur les profondes évolutions réglementaires en cours : Taxonomie, CSRD, SFDR, etc.

 

Dès  2021,  les indicateurs  financiers de la  Taxonomie ainsi que les indicateurs obligatoires de la  SFDR  (que les investisseurs devront  collecter  de leurs parties prenantes pour  satisfaire à leurs propres obligations)  feront  leur  apparition dans les DPEF  et autres rapports périodiques.  Une première étape avant la mise en œuvre encore plus structurante de la CSRD qui imposera l’utilisation de normes européennes de reporting de durabilité (de la même  façon que les IFRS s’imposent  pour  les rapports  financiers) pour  l’élaboration des rapports de durabilité  2023.

Maud Gaudry Global Co-Head of  Sustainability, Mazars

Téléchargez l'étude