Étude | Immobilier & ESG - Le secteur immobilier en pleine mutation ESG

En France, le secteur de l’immobilier figure parmi les industries les plus émettrices de gaz à effet de serre. Situé en quatrième position derrière le transport routier, l’agriculture et l’industrie manufacturière, et devant l’industrie de l’énergie et le traitement des déchets, le bâtiment émettrait 17 % des gaz à effet de serre, d’après le Haut Conseil pour le Climat, dans son rapport annuel de 2021. Faire évoluer le secteur pour enclencher une transformation plus vertueuse, pour répondre mieux aux critères ESG, est devenu une priorité.

Téléchargez l'étude

Devant la hauteur des ambitions, un pessimisme ambiant transparaît parfois, notamment de la part de certains acteurs qui peinent à concilier leur expertise indéniable dans leur métier avec celle d’une discipline à part qu’est l’ESG.

Ce pessimisme véhicule des informations négatives qui tendent à faire oublier les nombreuses initiatives positives qui émergent par ailleurs de la part d’autres acteurs.

Cette étude centrée sur la déclinaison d’une vision RSE en stratégie opérationnelle ESG intervient dans un contexte de marché plus qu’incertain.

L’aggravation sévère du contexte géopolitique européen en sortie de crise Covid met sous tension l’intégralité de la chaine de valeur immobilière. Nous avons tenté, tant que possible de nous affranchir de ces éléments contextuels afin de privilégier la mise en avant des démarches ESG ainsi que leur nécessité indépendamment de tout élément exogène.

 En synthèse 

Les métiers de l’immobilier sont, avant tout, des métiers tournés vers l’exploitation du bâti. Il semble donc capital de recentrer les débats sur les trois piliers constitutifs du cycle de vie d’un actif, à savoir : la construction, l’exploitation et l’usage qu’en font les occupants. L’anticipation des cycles de vie de l’immeuble, via des rénovations énergétiques non adaptées à la préservation des ressources, ne va pas dans le sens de la durabilité.

Être responsable induit parfois d’accepter d’utiliser au maximum les actifs, tout simplement.

L’engagement RSE et la mise en place de politiques ESG efficaces demandent à notre industrie de prendre du recul. De nos différents échanges, nous retirons l’idée forte qu’à la base des actions de transformation vertueuse, il y a souvent des gestes simples et des initiatives primaires, à l’échelle individuelle, et répétées dans le quotidien. La course à la donnée, à la labellisation et à l’image d’excellence entache les convictions les plus pures en matière de sobriété énergétique, et nous fait quelquefois oublier l’essence même de nos implications. Car l’essentiel est à la fois de moins consommer et de mieux consommer.

L’un des combats en matière de réglementation européenne est qu’elle devienne la plus applicable possible sur le plan opérationnel. En effet, les actions concrètes mises en place dans les organisations du secteur immobilier ne sont parfois pas en phase avec les obligations légales européennes, alors qu’à l’évidence les différents acteurs souhaitent œuvrer dans le bon sens. 

Pour en apprendre d'avantage, téléchargez notre étude