La rénovation basse consommation, levier clé de la lutte contre le réchauffement climatique

Le 16 décembre 2021 |

Alors qu’à l’échelle nationale le bâtiment représente 43% des consommations énergétiques et près de 25% des émissions de CO2, sa transformation est l’un des leviers clés de la lutte contre le réchauffement climatique. Dans ce contexte, les normes environnementales ont pour objectif de préserver l’environnement, tout en garantissant la santé et le confort des habitants. Ces réglementations ont entre autres mené à la définition de la maison BBC (Bâtiment Basse Consommation), habitation dont la consommation énergétique nécessaire à son chauffage et à sa climatisation est notoirement diminuée par rapport aux habitations standard. Quels sont les caractéristiques, avantages et inconvénients d’une maison BBC ? A ce jour, quelles mesures encouragent la transition vers ces bâtiments verts et quels sont les objectifs fixés par l’État ?

Caractéristiques, avantages et inconvénients de la maison BBC

Construire une maison BBC impose 2 axes d’efforts :

  • Diminuer au maximum les interactions intérieur-extérieur non désirées : il s’agit de réduire de manière importante et durable la consommation d’énergie et d’améliorer le confort thermique en hiver comme en été.
  • Installer les équipements les moins énergivores possibles : mise en place de solutions technologiques innovantes qui privilégient les énergies renouvelables pour chauffer, climatiser, produire l’eau chaude sanitaire et ventiler.

A ces axes s’ajoute la prise en compte de l’exposition au soleil du futur bâtiment au moment de son implantation sur sa parcelle.

Une construction BBC se veut chaude en hiver, fraiche en été et par conséquent, sa facture énergétique présente un coût très faible. En effet, la maison BBC présente plusieurs avantages :

  • les économies d’énergie, spécifiquement sur le chauffage,
  • la possibilité de bénéficier du prêt à taux zéro lors de son achat en résidence principale,
  • sa revente simplifiée compte tenu de sa faible émission de dioxyde de carbone.

A ce jour, le principal inconvénient d’un logement BBC reste son coût.

3 mesures pour encourager la rénovation basse consommation 

Actuellement, 3 mesures encadrent les projets de rénovation basse consommation : le décret tertiaire, la réglementation environnementale « RE2020 » et le plan France Relance. En quoi consistent-elles et quels sont leurs objectifs respectifs ?

Décret tertiaire

Le décret tertiaire obligera progressivement les acteurs du tertiaire à réduire et piloter la consommation énergétique de leurs bâtiments. Plus précisément, l’ambition est d’abaisser de 40% la consommation d’énergie de référence d’un bâtiment d’ici 2030, de 50% d’ici 2040 et de 60% d’ici 2050. Pour atteindre ces objectifs, plusieurs actions ont été mises en place telles que le renfort de la communication avec les occupants du bâtiment et leur sensibilisation aux écogestes (installation d’équipements performants et de contrôle, rénovation énergétique, etc.)

Réglementation environnementale « RE 2020 »

En 2022, la nouvelle réglementation environnementale « RE 2020 » entrera en vigueur. Son objectif est de diviser par 3 la consommation énergétique des nouvelles constructions, par rapport aux actuelles.

Ce texte remplacera la réglementation thermique « RT 2012 » à travers le renforcement de la sobriété, la prise en compte de l'empreinte environnementale des bâtiments et une meilleure anticipation de l'inconfort d'été. Ce qui implique de mettre en œuvre le concept du BEPOS (bâtiment à énergie positive), bâtiment devant produire davantage d’énergie qu’il n’en consomme en recourant à des sources d’énergie gratuites.

Plan France Relance

Établi depuis l’été 2020, le plan France Relance dédie un tiers de son budget total de 100 milliards d’euros à la transition écologique, laquelle se décline sur le volet immobilier à travers plusieurs mesures concrètes articulées autour de 3 axes d’intervention : la performance énergétique des bâtiments, le soutien à la performance durable et l'aide aux personnes précaires.

France Relance répond aux préoccupations grâce à des actions en faveur de l’environnement, dont les modalités restent à préciser. Par exemple, l’aide à la rénovation énergétique MaPrimeRénov’ devrait inciter si ce n’est convaincre les propriétaires à réduire l’impact environnemental de leurs biens.

A noter que la pandémie de Covid-19 et les confinements successifs ont occasionné une baisse de 15% permis de construire et de 7% des mises en chantier en 2020. C’est pourquoi l’État a annoncé un objectif de construction ambitieux de 250 000 logements sociaux sur 2 ans, en 2021 et 2022, alors qu’environ 110 000 agréments de logements sociaux étaient jusqu’alors dénombrés chaque année. Cette politique de relance durable de la construction fait partie intégrante du plan France Relance.

Auteurs