Référence : Ministère des Sports

2018-2019 : A l’aune des Jeux Olympiques & Paralympiques de Paris en 2024, des travaux ont été menés afin de faire évoluer le modèle sportif français.

Ces travaux ont notamment conduit à mettre en place un cadre partenarial avec les grands acteurs engagés dans le sport pour définir les grandes orientations relatives au sport français et mettre en commun les moyens pour accompagner de manière plus cohérente le sport de haut niveau et le développement de la pratique sportive.
Afin d’associer toutes les parties prenantes à la gouvernance du sport, les pouvoirs publics ont pris la décision de créer une nouvelle structure collégiale pour porter ces missions et ainsi mieux cibler les moyens alloués au sport.

Création d’une Agence du Sport et réorganisation de la Direction des Sports

Objectifs:

L’objectif de cette mission est donc d’accompagner le ministère dans la création de cette agence en répondant notamment aux interrogations suivantes :

  • Quels impacts de l’évolution de la nouvelle gouvernance du sport français ?
  • Quel périmètre et quelle organisation cible pour la nouvelle Agence du Sport ?
  • Quelle articulation avec les services déconcentrés de l’Etat ?
  • Comment garantir une organisation et des fonctionnements qui apportent une réelle plus-value à l’usager (le sportif) ?

C’est officiel :

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a annoncé ce vendredi 16 novembre, la création de l’Agence du Sport. Représentants de l’Etat, des collectivités territoriales, du monde sportif et des acteurs marchands sont appelés à siéger au sein de cette nouvelle structure à partir du 1er mars 2019.

Pour 2019, l’Agence du Sport sera dotée d’un budget évalué à près de 350M€. Elle bénéficiera dans un premier temps des financements publics issus du Centre National de Développement du Sport (CNDS) qui de fait disparaitra. Elle intégrera également les subventions accordées par le ministère des sports au Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et au Comité paralympique et sportif français (CPSF). Au total, « près de 70 % des moyens d’intervention de cette agence seront dédiés au développement des pratiques », a souligné Roxana Maracineanu. Ce groupement d’intérêt public (GIP) entrera en vigueur au 1er mars 2019.