Le Stewarship ou comment permettre le développement durable des organisations

Le stewardship peut revêtir des formes très diverses. Pour autant, elles ont toutes un trait commun : elles visent à permettre le développement durable des organisations. Au Chili, nos équipes accompagnent Baron Philippe de Rothschild dans son ambition de s’affirmer comme l’un des premiers acteurs nationaux de son secteur. En Égypte, elles s’attachent à poursuivre une aventure qui a débuté il y a 75 ans. Dans les deux cas, il est avant tout question d’une vision de long terme.

En 1999, Baron Philippe de Rothschild décide de s ’implanter au Chili, avec l’ambition d’exploiter l’une des zones viticoles les plus prometteuses du monde. Presque 20 ans plus tard, sa réussite locale est toujours fondée sur les mêmes principes et mêmes valeurs de transmission, de fidélité à ses traditions et d’innovation.

“Rester fidèles à l’esprit d’innovation dont nous avons hérité." Emmanuel Riffaud, Directeur de Baron Philippe de Rothschild Maipo Chile.

Après une première incursion au pied des Andes en 1996, Baron Philippe de Rothschild ouvre sa filiale chilienne trois ans plus tard. « Le Chili est l’un des pays du Nouveau Monde qui présente le meilleur potentiel viticole », indique Emmanuel Riffaud, directeur de Baron Philippe de Rothschild Maipo Chile.

« Nous y avons donc, dès le début, eu une perspective d’investissement à long terme. » Le vin est un secteur d’activité qui repose sur l’expertise. S’engager sur le long terme requérait donc de faire appel à la main‑d’oeuvre locale et de transmettre son savoir‑faire. « Nous n’avons jamais voulu imposer nos règles, mais nous voulions rester fidèles à nos traditions, à nos méthodes de vinification et à nos standards de qualité », précise Emmanuel Riffaud. « Nous avons donc beaucoup investi dans la formation de nos collaborateurs et de nos managers, ainsi que dans celle de nos partenaires locaux. Au final, je suis convaincu que cette approche a été la clé de notre réussite et nous a permis de devenir l’une des premières bodegas locales. »

Quels sont les ingrédients des succès futurs ? « Nous refusons de compromettre nos valeurs et nos traditions », affirme Emmanuel Riffaud, « mais nous devons aussi rester fidèles à l’esprit d’innovation dont nous avons hérité de nos fondateurs. Nous devons ainsi être capables de réinventer nos processus de travail, pour nous adapter aux conditions naturelles, et d’investir dans de nouveaux territoires viticoles prometteurs, au sud du pays, où le climat est plus humide et plus frais que dans la vallée de la Maipo. Nous misons sur le fait que les changements climatiques vont amener la production de vin locale à se déplacer vers le sud du Chili. C’est une manière pour nous de gérer nos risques à long terme. »

“ L’engagement à long terme est l’une des caractéristiques de Baron Philippe de Rothschild Maipo Chile. Ils ont été l’une des premières entreprises françaises à investir ici dans une perspective durable et sans rechercher une rentabilité immédiate.” Damien de la Panouse - Managing Partner, Mazars au Chili

À l’image de Robert Mazars, Mostafa Sha wki fut à maints égards un pionnier. Il devint ainsi l’un des premiers Égyptiens à être certifié expert-comptable et commissaire aux comptes, et fonda, en 1942, l’une des premières organisations d’audit et de conseil du pays. 75 ans plus tard, Mazars Mostafa Shawki poursuit son développement. Après le décès de son fondateur en 1997, l’organisation a continué à servir ses clients et l’économie égyptienne, sous la direction d’une nouvelle génération d’associés talentueux et engagés.

Lire l'histoire complète sur : http://sharedvalue.mazars.com/chile

Le stewardship, maintenir un niveau d'excellence

À l’image de Robert Mazars, Mostafa Shawki fut à maints égards un pionnier. Il devint ainsi l’un des premiers Égyptiens à être certifié expert-comptable et commissaire aux comptes, et fonda, en 1942, l’une des premières organisations d’audit et de conseil du pays. 75 ans plus tard, Mazars Mostafa Shawki poursuit son développement. Après le décès de son fondateur en 1997, l’organisation a continué à servir ses clients et l’économie égyptienne, sous la direction d’une nouvelle génération d’associés talentueux et engagés.

Dans la vie d’une entreprise, 75 ans est un âge fort respectable. Lorsque Mostafa Shawki créa le cabinet qui porte toujours son nom, l’Égypte présentait un visage très différent. « Les activités

de comptabilité et d’audit étaient exclusivement réalisées par des étrangers », indique Ahmed Shawki, fils du fondateur et Managing Partner de Mazars en Égypte. « Il n’y avait pas de législation fiscale dans le pays. Pourtant, nous avons décidé de créer une activité de conseil en fiscalité, et nous l’avons fait savoir. C’est ainsi que nous avons toujours voulu opérer : en regardant vers l’avenir ». La longévité d’une entreprise tient aussi, à l’évidence, à la qualité des services qu’elle fournit. « Notre longévité tient d’abord à notre volonté de toujours maintenir un même niveau d’excellence, ainsi qu’à notre agilité et à notre capacité à adapter nos services », explique Ahmed Shawki. « La formation est également l’un de nos points forts », indique Hala Rashed Fahim, associée

Mazars au Caire. « Nous nous montrons très sélectifs dans le choix de nos collaborateurs, et nous leur permettons d’acquérir de nouvelles compétences et de progresser. » Au cours des 75 années écoulées, cette combinaison de qualité de service, d’adaptabilité, de volonté d’innover et de développement des talents a fait ses preuves. Au point d’installer Mazars en Égypte au premier rang national pour son activité de conseil en fiscalité. Et de permettre au cabinet de regarder l’avenir avec confiance. « La technologie va transformer nos métiers », indique Ahmed Shawki. « Mais nous avons une jeune et brillante génération de talents rompus aux technologies digitales. Ils nous permettront de grandir encore ».

Lire l'histoire complète sur : http://sharedvalue.mazars.com/egypt75

Plus d'articles

Open Innovation par ceux qui la font

open Innovation

L’innovation bouleverse aujourd’hui tous les modèles économiques. Mais sous quelles formes ? Le modèle industriel classique, fondé sur le secret et la non-transversalité des processus, est maintenant obsolète. Pour créer de nouveaux services, de nouveaux produits et de nouvelles solutions, les entreprises privilégient désormais l’assemblage des idées, des ressources et des expertises de plusieurs acteurs, de nature et de taille différente.