Quelles tendances mondiales de l’investissement dans les technologies ?

Découvrez dans cet article, un récapitulatif des résultats marquants de notre étude "Comment prendre le virage technologique ?"

Comment prendre le virage technologique ?
Focus sur les tendances mondiales de l’investissement dans les technologies

De l’innovation commerciale à la productivité en passant par la performance et l’engagement des collaborateurs, la technologie irrigue toutes les strates de l’entreprise. Cependant, les dirigeants sont-ils vraiment au fait des dernières innovations ? Comprennent-ils leur potentiel et l’étendue de leur influence ? Quels sont les freins à leur adoption et comment les surmonter ? Quels pays et quels secteurs sont les plus avancés en matière de transformation numérique ?
Pour répondre à ces questions, les équipes Mazars ont réalisé un état des lieux auprès de 600 décideurs et dirigeants dans 6 pays : Chine, France, Allemagne, Inde, Royaume-Uni et États-Unis. L’étude évalue leurs niveaux de connaissance mais aussi les taux d’adoption et d’investissement de leur organisation concernant 5 innovations technologiques majeures : l’intelligence artificielle (IA), l’automatisation des processus robotiques (RPA), l’Internet des Objets (IoT), la blockchain et l’ERP (Enterprise Resource Planning).
Découvrez dans cet article, un récapitulatif des résultats marquants de cette étude.

Un niveau de connaissance des technologies, disparate, mais positif

D’une manière générale, près de deux tiers des dirigeants (63%) déclarent avoir un bon niveau de connaissance de ces cinq technologies. L’IA est manifestement celle qui leur est la plus familière, tous pays confondus, pour 71% d’entre eux. Elle est suivie de près par l’Internet des Objets, pour 69%.

Si l’on compare le niveau de connaissance entre les pays, la Chine et l'Allemagne arrivent largement en en tête avec 71 et 79% d’entres eux qui estiment avoir un bon niveau de connaissance de ces 5 technologies. Il faut noter que la France est l'un des deux pays, avec le Royaume-Uni, dans lequel une majorité de répondants a admis « manquer de connaissances » au sujet de ces technologies. À peine plus de la moitié des répondants français (53 %) déclarent que les cinq technologies leur sont familières, contre 63 % des répondants, tous pays confondus.

« L’IA, la RPA, l’IoT, la blockchain et l’ERP se révèlent plus répandues en Chine et en Inde. Notre étude montre un engouement sincère des dirigeants vis-à-vis de ces 5 technologies phares. Globalement, bien que les pays étudiés n’aient pas tous la même maturité d’intégration de ces innovations, les dirigeants en ont une bonne connaissance globale, en perçoivent les impacts et prévoient d’investir davantage dans ces outils à forte valeur ajoutée. Cependant, certaines préoccupations subsistent. Les décideurs doivent en effet se montrer plus stratégiques et « placer l’humain au cœur du processus de transformation digitale pour que la transition soit une réussite » affirme Guillaume Devaux, Associé responsable du secteur Technologie chez Mazars.

Une adoption des technologies plus fortes dans les secteurs de l’industrie, et de l’assurance

Est-ce vraiment une surprise ? L’industrie et l’assurance arrivent en tête des secteurs où l'adoption des 5 technologies est la plus forte. Respectivement, 20 % et 19 % des répondants travaillant dans ces secteurs déclarent qu’elles ont déjà été mises en œuvre et transforment à la fois leur business model et leur activité. Sans surprise, l’industrie est en première ligne des disruptions et challenges technologiques qui secouent et révolutionnent le secteur et qu’on appelle bien souvent : industrie du futur (ou du présent) ou industrie 4.0. On parle ici de robotisationdigitalisation de l’outil de productionrecours à l’intelligence artificielleexploitation et sécurité des données

Pour ces deux secteurs, les résultats démontrent la détermination des décideurs à garder une longueur d’avance, et de fait, dans un environnement concurrentiel accru, ces outils de transformations seront des leviers différenciants de compétitivité, d’efficience et de performance.

Il s’agit notamment de profondément repenser les modèles de production : ces dernières années, le nombre de données recueillies au cours du processus de fabrication a explosé. Les capteurs et les systèmes ont évolué afin de fournir en temps réel des données sur la chaîne logistique. Mais sans ERP capables de donner un sens à toutes ces informations, impossible d'appliquer le même traitement qu'aux processus de planification, de contrôle qualité et de prévision. Finis les systèmes de type « atelier » et le cloisonnement des données entre les différentes activités opérationnelles et les différents sites de l’entreprise. De nos jours, les entreprises de production mondiales doivent accéder à ces données et s’en servir pour créer des processus standardisés de pointe dans un contexte de production croissante à l’échelle planétaire. Celles qui n’exploiteront pas efficacement les ERP passeront à côté de ces avantages. La nécessité de cette approche globale se fait particulièrement sentir dans l’industrie automobile, d’ores et déjà avec le véhicule électrique, mais demain avec l’émergence attendue des véhicules autonomes, et de la propriété partagée.

À eux seuls, les ERP ne peuvent pas entraîner une telle transformation. Les dirigeants du secteur de la production en ont pris bonne note : au quotidien, nous avons pu observer que nos clients allouent une part considérable de leur budget informatique à la modernisation, à l’harmonisation et à la standardisation de l’environnement de leur ERP.

Une mise en œuvre timide de ces technologies et un nécessaire effort d’investissement

Allant de pair avec les résultats liés à son niveau de connaissance, la France arrive en queue de peloton concernant la mise en œuvre des technologies étudiées. En moyenne 35 % des répondants français déclarent que leur entreprise n’a pas démarré de projet mobilisant l’une ou l’autre des cinq technologies. Sans surprise donc, les dirigeants français se déclarent également à la traîne en matière d'investissements : 51% d’entre eux n’allouent pas plus de 25% de leur budget IT à ces technologies alors qu'en comparaison, ils sont 62% aux Etats-Unis et 73% en Chine. En outre, seuls un tiers des répondants français comptent augmenter son budget IT de plus de 10% pour investir dans ces innovations, contre 52% des Indiens et 49% des Chinois.

Découvrir l'étude en intégralité

Guillaume Devaux, Associé Responsable du secteur Technologie, Mazars

S'abonner à la newsletter L'Industry'L :

1600x500 RSIndustrei.png

L'Industry'L numéro 1

Émergence de la 5G dans l'automobile, tendances en matière d'investissement dans les technologies, ou bien du "big data" dans l'aéro : suivez avec l'Industry'L les actualités, décryptages, interviews, points de vue et publications qui ponctuent et rythment l’actualité du secteur de l'industrie et de ses acteurs.

En savoir plus

Etude Techno - 1600x500.jpg

Comment prendre le virage technologique ?

Les entreprises sont elles-au fait des dernières innovations ? Quels secteurs et quels pays sont les plus avancés en matière de transformation technologique ? Quels sont les freins qui empêchent leur adoption et comment les surmonter ?