Lutte contre le changement climatique : le rôle de la réglementation et de la supervision bancaire

Mazars et le Forum Officiel des Institutions Monétaires et Financières (OMFIF) sont fiers de s’être réunis pour produire un rapport mondial offrant un aperçu unique des évolutions actuelles et à venir de la réglementation financière visant à lutter contre le changement climatique. Quels ajustements stratégiques sont entrepris dans différentes juridictions du monde pour évaluer et contrôler les risques climatiques ? Comment ces actions sont-elles susceptibles de se développer à l’avenir ? Découvrez-le dans nos nouvelles recherches et préparez-vous à un changement réglementaire radical.

Accéder à l'étude

D’après un sondage mené auprès de 33 banques centrales et organismes de réglementation du monde entier, le rapport montre que la plupart des répondants considèrent maintenant les risques climatiques comme une question importante et reconnaissent qu’une réponse à long terme est nécessaire.

Les banques centrales considèrent désormais le changement climatique comme une « menace majeure » pour la stabilité financière

Le rapport, basé sur une enquête à laquelle 33 banques centrales et régulateurs ont répondu, révèle que 70 % d’entre eux considèrent le changement climatique comme une menace majeure pour la stabilité financière, et qu’ils seront nombreux à intégrer les risques climatiques dans les pratiques de supervision et les tests de résistance des établissements financiers.
Un peu plus de la moitié des banques centrales (55 %) déclarent surveiller les risques climatiques, et 27 % déclarent y réagir activement. Mais il y a un désaccord au sujet des responsabilités, 12 % d’entre eux affirmant que, même s’ils considèrent les changements climatiques comme un risque important, les mesures devraient venir d’autres institutions stratégiques, comme les départements gouvernementaux.

Approches réglementaires des risques climatiques

Les banques centrales et les autorités de régulation intègrent de plus en plus les risques climatiques dans leurs activités. À l’avenir, les principales mesures attendues sont les suivantes :

  1. Évaluation du risque climatique en tant que risque financier dans les stress-tests
  2. Encourager ou obliger les divulgations financières liées au climat
  3. Établissement de critères de durabilité pour le financement et les prêts écologiques par les banques réglementées

Alors que les initiatives de « fixation du marché » – qui consistent à corriger les défaillances sur les marchés financiers – gagnent du terrain, les banques centrales signalent qu’elles hésitent à utiliser des outils prudentiels et monétaires plus interventionnistes pour « façonner le marché » à des fins climatiques.

Davantage de stress-tests climatiques sont attendus

L’inclusion de considérations liées au climat dans les stress-tests en est encore à un stade précoce : seulement 15% des répondants incluent actuellement des considérations liées au climat dans leurs tests de résistance de routine des institutions financières. Mais cette tendance devrait s’accélérer, car près des quatre cinquièmes (79 %) des répondants affirment avoir l’intention de le faire à l’avenir.

Assumer la responsabilité collective

Mazars et l'OMFIF croient que le succès de toute réponse stratégique dépendra de l’engagement de tous les participants au marché. Il est encourageant de constater que la collaboration entre les organismes de réglementation et le secteur privé a déjà commencé au moyen de diverses initiatives. Grâce à ce sondage, nous espérons engager les dirigeants des services financiers dans un dialogue constructif et susciter des conversations sur la meilleure façon de façonner le programme de réglementation écologique ou de réagir aux changements dans le domaine de la réglementation. Assumer la responsabilité collective de la création des nouvelles fondations d’une industrie financière durable contribuera à bâtir des économies plus saines et un monde plus juste – une ambition qui est au cœur de l’objectif de Mazars.

Découvrir l'avant propos

Télécharger l'étude

banque climat
banque climat