L’application d’IFRS 13 et du dernier amendement à IFRS 7 dans la communication financière des Corporates

Deux textes en lien avec les instruments financiers sont d’application obligatoire pour la première fois en 2013 : la norme IFRS 13 sur l’évaluation à la juste valeur et le dernier amendement à IFRS 7 sur l’information à fournir en annexe sur la compensation des actifs et passifs financiers.

Pour bon nombre d’émetteurs, l’arrêté semestriel du 30 juin 2013 a donc été la première période d’application de ces nouveaux textes. Leur mise en œuvre dans les comptes intermédiaires des groupes industriels et de services (« Corporates ») a soulevé de nombreuses questions :

  • Quel est l’impact d’IFRS 13 sur la juste valeur des instruments financiers ?
  • Quels sont les accords entrant dans le champ d’application des informations sur la compensation ?
  • Quel est le format de l’information à fournir en annexe ?

Ce cahier technique, véritable guide de lecture des deux nouveaux textes, permet d’identifier quelques exemples de bonnes pratiques dont les groupes pourront s’inspirer dans l’optique de la préparation de leurs états financiers au 31 décembre 2013.

En savoir plus

Mazars insight

IFRS 13 La norme en 40 questions/réponses

La norme IFRS 13 « Evaluation de la juste valeur » est parue en mai 2011. Elle constitue l’aboutissement de six années de réflexions de l’IASB menées en grande partie de façon conjointe avec le FASB.

Mazars expertise comptable Doctrine

Doctrine

Mazars, par sa présence dans de nombreuses instances normatives, est un acteur de référence en matière de doctrine comptable. Nos experts des normes et de la réglementation vous accompagnent dans le déploiement de nouveaux principes comptables et contribuent ainsi à la réactivité de votre entreprise face aux changements de l’environnement normatif.

Financement - Trésorerie d’entreprise_1086x202

Treasury & Cash Management

Vous êtes confrontés à une volatilité accrue des marchés financiers, une perception nouvelle de la liquidité nécessitant une maîtrise croissante du cash et des prévisions de trésorerie, un risque de fraude élevé avec des tentatives de plus en plus fréquentes et sophistiquées, un renouvellement de vos systèmes d’information de trésorerie (TMS ou communication bancaire), ou à un raccourcissement des délais de production de l’information financière.