Quels sont les impacts de la mise en œuvre de Bâle 3 sur la liquidité des banques ?

La crise financière que nous connaissons ces derniers mois s’est matérialisée non pas par une crise du crédit mais par une très grande difficulté des établissements de crédit à se refinancer sur le marché – critère de la liquidité qui n’était pas pris en compte dans la surveillance prudentielle au niveau européen.

En réaction aux difficultés rencontrées par les établissements bancaires pour se refinancer sur les marchés dès 2008, le Comité de Bâle a proposé l’introduction d’un ratio de liquidité à court terme (Liquidity Coverage Ratio) et à long terme (Net Stable Funding Ratio). Ces ratios sont prévus pour mesurer la résistance des banques en cas de retrait massif des dépôts. L’une des conséquences directe de la mise en place de ces ratios est l’analyse exhaustive des portefeuilles d’actifs des établissements pour l’optimisation de ses ratios de liquidité règlementaires ce qui va impliquer une revue des stratégies des établissements de crédit européens.

Ainsi Mazars vous propose, après un rappel des principaux textes en vigueur en Europe sur la réglementation de liquidité, une présentation des mesures du Comité de Bâle sur la liquidité et de leur transposition en droit européen publiée en juillet 2011.

En complément, Mazars a souhaité analyser les différentes communications financières réalisées par un échantillon de banques européennes sur le sujet de la liquidité depuis fin 2010 afin d’identifier les axes de communication privilégiés et de percevoir les évolutions qui se dessinent déjà en réponse à un sujet qui préoccupe les investisseurs.

Documents à télécharger

Partager