Quels sont les leviers et marges de manœuvre des universités et écoles dans un environnement budgétaire contraint ?

Dans un contexte de rigueur budgétaire et donc de raréfaction des moyens, les dotations de l’Etat versées aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont en diminution programmée. Si le rapport IGF/IGAENR a formalisé en mars 2015 une grille d’analyse des composantes du fonds de roulement des établissements – notamment leur part mobilisable – c’est pour orchestrer à long terme la mobilisation de ces fonds capitalisés (environ deux milliards d’euros) sur une base objective et soutenable.

À cela s’ajoute l’annonce de trains de mesures d’économies, ainsi par exemple la communication du premier ministre en date du 20 janvier 2016 relative à la nouvelle politique immobilière de l’Etat, que d’aucuns ont perçu comme le nouveau signe d’un « désengagement de l’Etat », mais qui peut être aussi vue comme une incitation à la prise d’autonomie par ces établissements.

Les universités et écoles sont effectivement tenues de s’organiser non seulement pour absorber l’incidence de cette évolution - étant rappelée leur forte exposition aux financements publics - mais également de revoir leur « business model » (couple dépenses / recettes) ainsi que leur politique et leurs outils de gestion.

Mais alors quels sont les leviers et marges de manœuvre dont elles disposent vraiment ?

Dans cet avis d’expert, Valérie Riou, associée secteur public, apporte un éclairage sur ce questionnement à travers 2 grands axes :

1. Revisiter le couple dépenses / recettes (ou emplois/ressources)

  • L’ajustement à la valeur marché des droits de scolarité
  • Le développement et la valorisation des prestations de recherche et de formation continue
  • Pour le développement d’une véritable capacité stratégique d’endowment ou collecte de fonds des établissements ?

2. Prévenir les difficultés financières par une stratégie claire et la mise en œuvre d’une culture et d’outils de pilotage appropriés

  • Réaffirmer la stratégie et le positionnement des établissements
  • Sécuriser la trajectoire financière des établissements par un contrôle budgétaire fort et la mise en œuvre d’un pilotage resserré
  • Faire émerger demain une fonction financière mature

Documents à télécharger

Partager