Entretien avec Christophe Bitner, Président du Directoire d'Arkéa Banking Services

Dans le cadre de notre campagne « Digital Finance » consacrée à l’éthique et la conformité dans les entreprises du secteur financier, Charles de Boisriou, Associé, Global Head of Financial Services, et Laurence Karagulian, Senior Manager, ont mené l’interview de Christophe Bitner, Président du directoire d’Arkéa Banking Services.

Les FinTech une opportunité de marché

On entre dans la question de la digitalisation des services financiers en 2016. Dans les années 2000, il fallait avoir un site web, après ce fut d’être présent sur les smartphones. Aujourd’hui tout cela est un prérequis. Selon mon analyse, c’est à travers ces nouveaux acteurs que va s’inscrire la digitalisation de demain. 

L’acquisition par le Crédit Mutuel Arkéa de certaines FinTech entre dans cette optique. C’est un réel partenariat industriel. Le Crédit Mutuel Arkéa sait qu’il y aura un fort développement des « places de marché » (i.e. commerçant qui agrège des commerçants, ex : Amazon).

Avec l’acquisition de Leetchi et Mangopay, le groupe dispose désormais d’une offre globale qui lui permet de s’adresser aux places de marché. Les technologies et savoir-faire développés par lesFinTech vont nous apporter une technologie up-to-date, chose que nous ne serions pas forcément à même d’intégrer à notre système d’information, et aussi de nous concentrer sur le conseil et la relation client.

En rachetant MangoPay, nous sommes assurés de satisfaire ces 2 points. Nos clients commencent à nous dire qu’il serait bien d’envisager une offre agrégée entre la partie bancaire et la FinTech. Le groupe s’intéresse à un certain nombre de nos FinTech pour développer et améliorer certaines de ces composantes. Par exemple, Linxo est utilisé par Fortuneo comme agrégateur de compte, cela s’appelle FortuneoBudget. Aujourd’hui nous travaillons beaucoup avec des entreprises intervenant sur les devises.

Nous sommes donc dans un vrai partenariat industriel et nous améliorons notre offre, nous l’enrichissons ou la transformons en collaborant avec ces acteurs. Pour moi, ceci est la digitalisation d’aujourd’hui.

  

BigData : mieux connaître le marché de demain

La data est l’une des clés pour nous permettre de comprendre les comportements des clients. Le Groupe a beaucoup investi dans le BigData, mais principalement dans la technologie.

Aujourd’hui, les investissements sont faits pour les métiers, c’est une grosse évolution pour nous. Cela sera utilisé par la banque de détail du groupe pour comprendre comment se transformer en interne. Néanmoins, je ne pense pas que l’on obtiendra des clés de lecture pour comprendre comment évolue le marché des FinTech, car c’est un marché nouveau sur lequel nous ne disposons aujourd’hui que peu de données.

À ce jour, il y a beaucoup d’intuitions, il faut être visionnaire, faire les bons choix, il faut accepter de perdre, certains chemins seront des impasses. En 2015, ce n’est pas une banque qui a émis le plus de cartes, c’est Compte-Nickel, la financière des paiements électroniques. Ils ont émis 60 000 cartes. Cela peut être une composante de la banque de demain. Cette banque de demain ne se trouve plus dans une agence avec une multitude de produits mais en proximité du consommateur et un produit correspondant exactement à ce dont il a besoin.

Retrouvez l'intégralité de cette interview ci-dessous.

Pour en savoir plus sur l’éthique et la conformité dans les services financiers nous vous invitons à visiter le blog Mazars Financial Services.

Documents à télécharger

Partager