Etude I Les majors européens du BTP sont-ils armés pour affronter la crise ?

L’épidémie de Covid-19 a fortement impacté le marché de la construction depuis début 2020, obligeant les majors du BTP à prendre des mesures fortes pour faire face à cette crise sanitaire et économique. En France, le confinement a été mis en place le 17 mars 2020. Entre le 18 mars et fin avril 2020, tous les groupes ont communiqué sur l’arrêt d’une partie de leurs chantiers. L’activité a repris progressivement au cours du deuxième trimestre dans la plupart des pays au rythme des directives gouvernementales.

Découvrir l'étude  

Afin d’analyser la capacité des majors européens du BTP à traverser cette crise, de nombreux paramètres pourraient être pris en compte. Sans chercher à tous les analyser, cette étude compare les performances financières des majors européens du BTP sur 2019 et leur situation à fin 2019.

2019, une nouvelle année de croissance pour les majors

L’activité des majors s’inscrit en hausse pour la troisième année consécutive, à +4,5% par rapport à 2018. Les groupes français se distinguent, pour la seconde année consécutive, par une hausse de leur chiffre d’affaires (+ 7,9%) supérieure à la moyenne des groupes du Panel.

Développement à l'international

Dans la continuité des années précédentes, le poids de l’activité des majors réalisé à l’étranger poursuit sa montée en puissance. En 2019, 55,7% de leur chiffre d’affaires est réalisé hors marché domestique, soit +1,6 point par rapport à 2018, évolution principalement portée par le marché européen, dont la part progresse de +1,5 point. 

L’impact de la crise COVID19 sur les majors du BTP

La crise sanitaire liée à la Covid-19 vient néanmoins menacer ces bons résultats et les objectifs des majors pour les prochains mois.

Au cours du 1er trimestre 2020, les majors européens ont généré une activité trimestrielle supérieure à la moyenne de ces 5 dernières années de 9,6%, et en hausse de 2,2% par rapport au 1er trimestre 2019. Les groupes français présentent déjà un recul moyen de 2,7% de leur activité par rapport au premier trimestre 2019. Ils sont en effet impactés plus particulièrement sur les métiers du BTP (-6,3% par rapport au T1 2019), de la Route (-8,9%) et de l’Immobilier (-14,8%).

Pour en savoir plus, télécharger l'intégralité de l'étude