E-commerce : un Black Friday encore plus attendu en 2020

Le 4 décembre 2020 |

Apparu en France il y a tout juste 7 ans, le Black Friday est désormais l’événement commercial incontournable de la fin d’année. Avec une croissance de ses ventes en ligne de 20%, le Black Friday 2019 avait atteint un niveau record. La décision, par les différents acteurs, du report de l’édition 2020 au 4 décembre illustre à quel point l’opération a pris de l’importance en France. Doit-on s’attendre à un nouveau succès cette année ?

L’opération surfera sur le développement spectaculaire du e-commerce en 2020

En 2019, une grande part des ventes du Black Friday avaient été réalisées en magasin, une proportion qui, contexte sanitaire oblige, diminuera assurément cette année. D’autant plus que le rapport des Français au e-commerce et à leurs déplacements a évolué avec la crise du Covid-19 : en effet, 32% d’entre eux déclarent aujourd’hui avoir l’intention de réduire leur fréquentation des points de vente physiques et 26% d’acheter davantage en ligne1.

A l’évidence, les consommateurs devraient massivement privilégier les achats en ligne pour ce Black Friday 2020. Cela confirme la tendance : le e-commerce ayant connu un développement spectaculaire depuis le premier confinement. En effet, alors qu’il progressait jusqu’alors de 15% par trimestre jusqu’en 2019, sa croissance a atteint les 45% au deuxième trimestre 20202. La crise aura donc eu pour effet d’accélérer la transformation des modes de consommation et de propulser le développement du e-commerce.

Les données clients sont un enjeu pour comprendre et anticiper les besoins

La hausse de fréquentation des sites marchands a naturellement accru la collecte de données personnelles. Un nouvel or noir pour les commerçants, dont la fine connaissance de leurs prospects et clients leur permet d’affiner leur stratégie marketing : promotions personnalisées, publicités ultraciblées, retargeting…

Mais au-delà de la conception d’offres sur mesure, l’analyse des données collectées permet également de prendre le pouls des tendances et nouvelles attentes des consommateurs, dont les mentalités ont évolué de manière accélérée en 2020. Entre prise de conscience des enjeux environnementaux et volonté de consommer local pour contribuer plus activement à l’économie des territoires, les commerçants n’auront d’autre choix que de tenir compte de ces mutations.

Ce retour à l’essentiel n’est cependant pas à généraliser, ce n’est qu’une tendance parmi d’autres : les Français n’entendant pas nécessairement réduire leur consommation, mais tout du moins, pour certains d’entre eux la réorienter. Car les nouveautés, aussi non essentielles soient-elles, ne cesseront de trouver leur place, pourvu que les marques les proposent au bon prix, au bon moment et au bon consommateur.

Attendons-nous à un fort succès de l’opération… et à une pression encore plus forte sur les prix

L’édition 2020 du Black Friday devrait refléter toutes ces tendances. Contradictoires, polarisées, elles expriment la force des courants sociétaux actuels. Il restera au consommateur la charge de se frayer le chemin le plus en affinité avec ses choix parmi les différentes offres.

Les conséquences économiques de la crise sanitaire et Noël, qui approche, font ressortir une attente encore plus importante des consommateurs en matière de promotions. De toute évidence, les marques et les distributeurs sauront saisir l’occasion pour répondre à cette demande.

Un point de vigilance est toutefois à souligner : en généralisant les promotions, tant en termes d'offres que de durée – avec un Black Friday qui tend à devenir un Black Month – le « juste prix » des produits sera de plus en plus remis en question par les clients. Au point d’alimenter et de renforcer une autre tendance : celle de ne plus vouloir acheter de produits non remisés.

1 Alvarez & Marsal (juin 2020)

2 Selon la Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad)

En savoir plus sur les défis et enjeux du secteur de la distribution

Auteur