Disclosure Management : le dernier maillon d’une production optimisée de l’information financière et extra-financière

Le 5 mars 2021 |

Dans un environnement en évolution permanente, la transformation numérique par le biais de la digitalisation constitue un véritable levier d’amélioration de la performance financière des entreprises. La crise a d’ailleurs confirmé la nécessité d’emprunter ce virage technologique pour permettre aux entreprises d’être résilientes face aux enjeux économiques, opérationnels ou encore réglementaires toujours plus exigeants.

Dans ce cadre, le processus d’élaboration de l’information financière présente un réel défi pour les émetteurs du fait de la complexité des données à collecter, de la diversité des systèmes informatiques qui y contribuent et du nombre important d’interlocuteurs impliqués, le tout dans des délais de plus en plus courts. La solution à ces contraintes est offerte par des systèmes de type Disclosure Management, qui aident à optimiser le processus de préparation et de publication des rapports financiers aussi bien à destination de l’externe que de l’interne. En effet, ces outils proposent des fonctionnalités avancées de collaboration, de collecte des données via des connecteurs applicatifs améliorant la piste d’audit, de contrôles inter-documents assurant la cohérence des données ou encore de design et de mise en forme.

A ce titre, l’entrée en vigueur du nouveau format électronique unique européen ESEF (European Single Electronic Format) à compter de 2021 au titre des exercices ouverts au 1er janvier 2020 (ou à compter de 2022 pour les Groupes optant pour un report de l’application du règlement) a suscité de nombreuses réflexions quant à l’impact que cette réglementation pourrait avoir sur le processus de production et de publication de l’information financière. Cela a conduit les émetteurs à remettre en question leurs processus actuels et a permis de poser le constat selon lequel une grande majorité des Groupes, de toutes tailles, ne dispose pas de système de Disclosure Management pour la préparation de leurs rapports financiers.

En effet, la mise en conformité au format ESEF requiert l’adoption d’une technologie nouvelle permettant de restituer les documents aux formats électroniques attendus par le régulateur, les émetteurs se voyant alors contraints de se doter d’une solution XBRL. Il y a quelques mois, le choix d’une solution de Disclosure Management intégrant la technologie XBRL semblait une évidence pour les émetteurs qui n’étaient pas dotés d’un tel système. Cela offrait l’avantage de répondre à la réglementation ESEF d’une part, et d’optimiser et améliorer le processus de production de l’information financière d’autre part. La crise sanitaire a impacté de façon significative l’activité économique et a conduit les émetteurs à reconsidérer et adapter leur stratégie à la conjoncture actuelle priorisant ainsi la mise en conformité au nouveau règlement. Dans ce contexte, les solutions XBRL ad hoc garantissant une mise en place rapide, simple et peu coûteuse ont été largement adoptées par les émetteurs.

Si les Groupes ont dû faire preuve d’agilité et de flexibilité afin de faire face à la crise actuelle, leur volonté d’optimiser leur processus de production et de publication de l’information financière demeure plus que jamais au centre de leurs préoccupations. En effet, le système de Disclosure Management représente le dernier maillon d’une intégration verticale des systèmes d’information couvrant aussi bien les données financières que les données extra-financières.

Auteurs