Construire la sortie de crise : ce qu’attendent les Français de l’entreprise

Le 7 juin | En 2021, la sortie de crise reste à construire. A nos yeux, elle ne se construira pas sans les entreprises, ni sans l’Etat. Et encore moins sans les Français.

Forts de cette conviction, et après une année de bouleversements profonds des écosystèmes, nous avons considéré qu’il relevait de notre responsabilité, en tant qu’acteur à mission d’intérêt général et partenaire de la transformation des organisations, de contribuer à notre manière à la réflexion publique qu’implique la sortie de crise à construire. Cette contribution, nous avons choisi de la matérialiser par la publication d’un livre blanc dont la thématique permettrait de nourrir la réflexion de l’écosystème économique français et de servir chaque entreprise, indépendamment de sa taille, de son secteur d’activité, de sa région d’implantation et de son niveau de prospérité, en 2021.

De par sa posture de leader français et international de l’audit et du conseil, Mazars est par essence aux premières loges des nouveaux enjeux et besoins des entreprises, dont les objectifs ne pourraient être atteints ni la transformation menée sans une fine compréhension du marché ni l’écoute attentive, hors les murs, des besoins évolutifs de la société. A l’approche de l’été 2021, alors que la reprise se dessine et appelle à l’optimisme, à l’audace et à la combativité – un état d’esprit qui nous ressemble et que nous encourageons, l’économie française a de nouveau l’opportunité d’écrire une nouvelle page de son histoire. Dans ce contexte, nous avons souhaité prendre le pouls des attentes des Français vis-à-vis de l’entreprise de demain, afin de fournir des clés de lecture à tous ceux qui, comme nous, entendent participer activement à la relance et à la construction du « monde d’après » : un monde prospère et durable.

Pour mener à bien ce projet, nous avons choisi de donner directement la parole aux femmes et aux hommes qui composent la société française. Aux citoyens. Aux consommateurs. A ceux qui pourraient être vos clients. Vos collaborateurs. A tous les Français, qu’ils soient étudiants ou actifs. Employés ou cadres supérieurs. Qu’ils exercent dans le secteur privé, public ou à leur compte. Qu’ils résident en zone urbaine ou rurale. C’est cette France, représentée dans sa diversité, que nous avons écoutée par l’intermédiaire d’organismes indépendants : FreeThinking et Viavoice. La méthodologie employée, alliant étude quali-collaborative et étude quantitative, a été conçue de manière à donner carte blanche aux Français consultés, lesquels ont pu partager leur vision, échanger librement et définir leurs nouveaux chevaux de bataille. Avec leurs propres mots, sans filtre, derrière un avatar.

Les échanges passionnés et passionnants qui ont alimenté le débat ont avant tout été marqués par la vive reconnaissance des Français envers les entreprises, saluées pour leur gestion de crise. En quête de repères, les Français les perçoivent en effet comme des forces positives capables d’embarquer, de protéger et de projeter : autant de raisons pour lesquelles ils sont convaincus de leur capacité et de leur légitimité à agir sur de nombreux terrains, tout en restant « à leur place ». Cependant, si 81% des sondés estiment que les entreprises ont le pouvoir de « changer positivement les choses », 57% pensent qu’elles ne tiendront pas les engagements qu’elles ont pris durant la crise. Les entreprises et leurs dirigeants sont ainsi mis au défi de la sincérité par les Français, qui les appellent à mettre en place des actions concrètes en réponse à leurs trois principales attentes :

1. Les Français attendent des entreprises qu’elles favorisent l’intérêt général en conciliant rentabilité et responsabilité.

Les Français appellent les entreprises à recréer des équilibres profitables à tous : profitables à leur propre activité, bien sûr, mais aussi à leurs parties prenantes, aux salariés, au dynamisme des territoires sur lesquelles elles sont implantées, à la planète et à la société dans son ensemble. Profit et intérêt général ne sont pas des notions antinomiques pour les Français : en effet, seuls 5% d’entre eux qualifient cette alliance de défi « impossible à relever ». Et au-delà du fait qu’ils la pensent possible, la rentabilité responsable n’est plus une option à leurs yeux : ils la considèrent impérative pour relever les nombreux défis de notre siècle, qui appellent à raisonner à plus long terme. Parmi ces défis : en premier lieu réussir la sortie de crise, évidemment, mais aussi œuvrer en faveur de la transition écologique, innover, mieux répartir les richesses créées ou encore redynamiser les territoires à l’heure de la mondialisation. La rentabilité responsable est ainsi qualifiée d’accélérateur d’innovation, de vecteur de dynamisme, mais surtout de nouvelle stratégie de croissance durable à mettre en place pour construire la sortie de crise et gagner en agilité sur le long terme. Un levier incontournable pour participer à la relance aujourd’hui, et être protégé demain.

2. Les Français appellent à une profonde transformation du travail : au bénéfice du bien-être des collaborateurs et de la performance de l’entreprise.

Interrogés quant à ce que l’entreprise doit faire évoluer prioritairement en sa qualité d’employeur, les Français ont cité l’organisation du travail et la culture managériale avant même la meilleure répartition de la valeur créée. En 2021, les Français demandent aux entreprises d’inventer de nouvelles expériences de travail, plus humaines, basées sur la confiance mutuelle et adaptées aux besoins de notre époque : c’est-à-dire plus flexibles, plus collaboratives et accordant davantage d’importance au bien-être des collaborateurs au bénéfice de leur productivité et de leur engagement. En outre, les Français ont mentionné d’une même voix le besoin urgent de développer la formation et de s’engager en faveur de l’intégration de toutes les générations de collaborateurs. Les sondés ont même appelé à une institutionnalisation de la transmission intergénérationnelle des savoir-faire, jugée pour l’heure trop informelle, et l’ont qualifiée de « nécessité pour la croissance de l’entreprise » avant même d’être « une obligation vis-à-vis des salariés ». Enfin, s’ajoute en toile de fond le besoin des Français de parvenir à donner davantage de sens à leur travail, lequel doit contribuer au rééquilibrage des écosystèmes.

3. Les Français sont convaincus du potentiel de l’excellence française et en proposent une redéfinition, plus actuelle.

Invités à se prononcer au sujet des leviers que les entreprises doivent activer, en 2021, pour construire la sortie de crise, les Français ont fait preuve d’un patriotisme unanime et assumé, en défendant avec ardeur l’excellence française, le rayonnement du pays, ainsi que la nécessité de renforcer l’ancrage territorial en faveur du Made in France. Allier promotion des savoir-faire locaux et compétitivité internationale a même été jugé compatible par 90% des Français, dont 36% indiquent toutefois que cela implique un temps d’adaptation. A leur sens, la sortie de crise à construire est surtout l’occasion de donner un nouvel élan à l’économie française, d’autant plus que le pays dispose de toutes les ressources intellectuelles nécessaires, à commencer par son vivier d’ingénieurs, sur lequel les entreprises sont invitées à capitaliser. Enfin, la notion d’excellence française ne doit pas, ne peut plus, se résoudre à la seule excellence technique et doit dorénavant intégrer le respect d’un certain nombre de valeurs pour être considérée comme telle. Concrètement, en 2021, l’excellence française c’est l’idée d’une entreprise proposant des produits et services de très grande qualité, fruits d’un savoir-faire transmis de génération en génération, conçus dans le respect de l’Homme et de la nature et s’inscrivant dans une logique de rentabilité responsable.

Ces trois expectatives, auxquelles il nous paraît difficile de ne pas souscrire tant elles relèvent de la responsabilité et du pragmatisme, nous ont d’autant plus marqués qu’elles font directement écho aux valeurs fondatrices de notre Groupe : la transmission, l’excellence française, le juste partage de la valeur créée, le dépassement sociétal… Cette ligne de conduite, pourtant définie il y a près de 80 ans et à laquelle nous n’avons jamais dérogé, nous conforte dans l’idée que si du chemin reste à parcourir, nous avançons au moins, et depuis toujours, dans la bonne direction, au service de la construction d’un monde prospère et durable. Nous nous invitons chaleureusement à découvrir les attentes détaillées des Français dans ce livre blanc, dont nous vous souhaitons une excellente lecture et espérons qu’il nourrira votre réflexion, autant qu’il a pu nourrir la nôtre.

Télécharger le livre blanc « Construire la sortie de crise : quelles sont les attentes des Français vis-à-vis de l’entreprise ? »

Auteur