Étude BTP 5ème édition : quelle performance pour les majors européens de la construction?

En novembre 2015, notre précédente publication laissait espérer un avenir plus propice pour les majors européens de la construction grâce à quelques signaux positifs. Force est de constater que 2015 marque un léger redressement pour notre Panel des 15 majors européens, avec une reprise de l’activité et une amélioration du taux de marge opérationnelle.

Timide reprise pour les acteurs du Panel

Pour la deuxième année consécutive, la construction en Europe affiche des signes de reprise avec une progression plus forte que le PIB. Dans ce contexte d’embellie, les majors ont également retrouvé une dynamique de croissance en 2015 après 2 années de recul, notamment grâce à une forte croissance de 10,2% de l’énergie et des services et de l'international.

Pour 2016, la plupart des majors n'anticipe pas de baisse, même si les publications du premier trimestre présentent une activité en léger retrait et si certains groupes restent toujours pénalisés par l'évolution de leur marché domestique.

Un développement à l’international

Le développement à l’international se poursuit, porté par les secteurs du BTP et de la Route, pour lesquels la part du carnet de commandes dans le pays domestique est sous la barre des 40%. Les opportunités de marchés à l’international apparaissent généralement comme le vecteur de croissance essentiel pour les majors.

À l'inverse, le secteur Energie / Services conserve une forte implantation domestique, le développement à l'international se faisant par croissance externe.

Par ailleurs, la communication financière relative aux carnets de commandes présente une certaine hétérogénéité dans les pratiques des groupes. Une harmonisation sera apportée avec l’application de la nouvelle norme IFRS 15. Cet indicateur clé de performance, largement suivi par les investisseurs, sera alors normé et devra être présenté par l’ensemble des groupes dans les États Financiers.

Une année en baisse pour la France

La France est en décalage avec la tendance européenne : le marché de la construction recule de 3,3% ; alors que l’Espagne et le Royaume-Uni décollent à +5,6% et + 8,3% respectivement.

Sur leurs marchés domestiques, les majors suivent la tendance du marché local. Les majors français, pénalisés par la poursuite du plan de réduction des dotations locales en souffrent directement et voient leur croissance amputée en France (- 1%). La reprise des réservations sur le marché résidentiel français observée chez les promoteurs ne portera ses fruits pour les constructeurs qu’à compter de 2016-2017.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger notre étude en cliquant ci-dessous et lire l'article paru sur le site du Moniteur :

Documents à télécharger

Partager